Articles

Articles

Dans Articles

Le rapport de l'ATIH regarde d'un œil neuf le Covid à l'hôpital en 2020 (vidéo et rapport)

Par Le 19/12/2021

L'ATIH : un pôle d’expertise 

L’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation (ATIH), fondée en 2000, est un établissement public de l’État à caractère administratif placé sous la tutelle des ministres chargés de la santé, des affaires sociales et de la sécurité sociale.
Le siège de l’agence se trouve à Lyon et une antenne est installée à Paris.

L'agence est chargée de :

la collecte, l’hébergement et l’analyse des données des établissements de santé : activité, coûts, organisation et qualité des soins, finances, ressources humaines…

la gestion technique des dispositifs de financement des établissements : calcul des tarifs annuels hospitaliers, allocation de ressources…

la réalisation d’études sur les coûts des établissements sanitaires et médico-sociaux : élaboration des méthodologies et d'outils, pilotage des études, publication annuelle des coûts hospitaliers…

l’élaboration et la maintenance des nomenclatures de santé : classification internationale des maladies (Cim), classification commune des actes médicaux (CCAM), catalogue spécifique des actes de rééducation et de réadaptation (CSARR)…

L’agence intervient dans le secteur sanitaire sur les quatre champs de l’activité hospitalière :
- médecine, chirurgie, obstétrique (MCO)
- hospitalisation à domicile (HAD)
- soins de suite et de réadaptation (SSR)
- psychiatrie

et le secteur médico-social :
- établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad)
- structures accompagnant des personnes handicapées (PH)
- services de soins infirmiers à domicile (Siiad)/services polyvalents d'aide et de soins à domicile (Spasad).

Source : https://www.atih.sante.fr/l-atih/presentation

 

La vérité éclate

Martin Blachier dit "l'opportuniste" se tord dans tous les sens pour se justifier ...
Les patients COVID n'ont donc pas encombrés les urgences ?
Quel recul de nos libertés individuelles et de discours moralisateurs, pour 5% des hospitalisations !

Téléchargez le rapport : http://www.la-corse-en-colere.org/medias/files/aah-2020-analyse-covid.pdf

Dans Articles

Guadeloupe : Décès d'enfants vaccinés, mobilisation générale à compter du 15 novembre

Par Le 13/11/2021

Guadeloupe1

Comme un air de déjà vu : les acteurs du LKP face à la presse, dans le hall du Palais de la mutualité, à Pointe-à-Pitre. Les leaders syndicaux ont annoncé leur intention de mener une vaste mobilisation, à compter du 15 novembre. Ils dénoncent l'application de l'obligation vaccinale, mais pas que...

Nadine Fadel, avec Christian Danquin • Publié le 12 novembre 2021 à 14h56, mis à jour le 12 novembre 2021 à 14h58

Ils étaient tous là, ou presque, les leaders syndicaux impliqués dans le "Lyannaj Kont Pwofitasyon" (LKP).
Une image qui rappelle une page tourmentée de l'histoire de la Guadeloupe, à savoir la grève générale de 2009, qui a paralysé l'archipel durant 44 jours.

L'annonce d'une mobilisation générale

Ce vendredi 12 novembre 2021, les membres du LKP étaient en conférence de presse, au sein de leur QG : le palais de la Mutualité de Pointe-à-Pitre. Il s'agissait, pour eux, d'informer la population de leur intention de mener une grève illimitée, à compter du lundi 15 novembre 2021.

Cette date correspond à la fin de l'état d'urgence sanitaire, en Guadeloupe. Dès lors, plus rien ne justifiera le report de l'application de l'obligation vaccinale, dans les établissements concernés.

Ils sont des centaines, d'ores et déjà, à avoir été suspendus de leurs fonctions, parce qu'ils ne se sont pas pliés à cette mesure. D'autres reçoivent, au fur et à mesure, leur lettre de mise en demeure de se soumettre à la loi du 5 août 2021, qui les oblige à se faire vacciner, dans le respect de la stratégie gouvernementale de lutte contre la pandémie qui gangrène le monde depuis septembre 2019.

Les travailleurs visés, qui refusent les injections contre la Covid-19, se retrouvent moins bien lotis que les chômeurs, car privés de tous moyens de subsistance, selon Mahité Hubert M'Toumo. La secrétaire générale de l'Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG) et membre du LKP dénonce le fait que parallèlement aux suspensions de contrats, des services hospitaliers et de santé sont fermés, au détriment des patients du territoire.
Elle estime donc que la population entière doit se mobiliser, pour que la France respecte la "liberté des Guadeloupéens".

Guadeloupe2
©Christian Danquin

Outre l'obligation vaccinale, les syndicats entendent dénoncer foule d'autres problématiques qui concernent le territoire, qu'elles soient sanitaires, environnementales, économiques, sociétales, dans le domaine de l'éducation, ou encore concernant la sécurité.

Guadeloupe3

Echec des échanges entre direction et employés du SDIS

Les acteurs du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) sont aussi concernés par l'obligation vaccinale.

Suite au préavis d’une intersyndicale prenant effet le l15 novembre, la gouvernance de cet organisme a reçu, ce vendredi, une délégation de sapeurs-pompiers... en vain.
Cette réunion, la septième autour de cette loi du 5 août, a tourné court. Après 1 heure 30 de discussion, les représentants syndicaux ont quitté la salle.

Pour autant, la direction du SDIS informe, dans un communiqué, que "afin d’assurer la continuité du service public, tout en respectant le droit de grève, un arrêté portant mise en place d’un service minimum au SDIS et ce, à compter du 15 novembre 2021, a été signé par Monsieur le préfet de la région Guadeloupe et Monsieur le président du CASDIS".

Source : https://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/le-lkp-annonce-une-mobilisation-generale-a-compter-du-15-novembre-1153093.html

Le courage de la Guadeloupe qui appelle au blocage total suite aux décès d'enfants injectés : "Nous ne parlons pas de Pique-nique, nous parlons de la mort de nos enfants".

Dans Articles

Taïwan interrompt la deuxième dose du vaccin Pfizer pour les 12-17 ans en raison d’un risque de myocardite.

Par Le 11/11/2021

Taiwan interrompt la deuxième dose du vaccin Pfizer pour les 12-17 ans en raison d’un risque de myocardite.

Le CECC déclare que l’approbation des vaccins COVID pour les enfants de moins de 12 ans ne sera pas envisagée tant que la question de la deuxième dose n’aura pas été réglée.

By George Liao, Taiwan News, Staff Writer 2021/11/10 15:42

Taiwan myocardites

TAIPEI (Taiwan News) – Le chef du Centre central de commandement des épidémies (CECC), Chen Shih-chung (陳時中), a déclaré mercredi (10 novembre) qu’un groupe d’experts a décidé de suspendre l’administration des deuxièmes doses du vaccin COVID de Pfizer-BioNTech (BNT) aux enfants âgés de 12 à 17 ans, car on craint qu’il n’augmente le risque de myocardite.

Des cas de myocardite (inflammation du muscle cardiaque) et de péricardite (inflammation de la paroi externe du cœur) ont été signalés après la vaccination au BNT d’enfants âgés de 12 à 17 ans. Selon les statistiques américaines, le risque de myocardite chez les jeunes après avoir reçu la deuxième dose de BNT est 10 fois plus élevé qu’après la première dose, rapporte CNA.

Certains pays ont adapté leurs politiques concernant l’administration des vaccins COVID-19 aux adolescents. Par exemple, Hong Kong est passé de deux doses de BNT à une seule dose pour les 12-17 ans. Le Royaume-Uni a fait de même en recommandant une seule dose pour les enfants âgés de 12 à 18 ans, selon CNA.

Chen a déclaré que le Comité consultatif pour les pratiques de vaccination (ACIP) du ministère de la Santé et des Affaires sociales a décidé de suspendre l’administration de la deuxième dose de BNT à ce groupe d’âge pendant deux semaines, période pendant laquelle les experts et les médecins des Centres de contrôle des maladies (CDC) examineront les 16 cas de myocardite chez les adolescents après la vaccination BNT avant de prendre une décision finale sur l’opportunité de procéder à la deuxième injection.

Des données internationales seront également consultées avant que la décision finale ne soit prise, a déclaré le chef du CECC, ajoutant qu’actuellement, les enfants âgés de 12 à 17 ans sont vaccinés avec deux doses dans le monde entier, sauf à Hong Kong et au Royaume-Uni.

Quant à savoir si les vaccins COVID-19 seront approuvés pour les enfants âgés de 5 à 11 ans, M. Chen a déclaré que la question ne sera pas examinée tant que la question de la deuxième dose pour les enfants de 12 à 17 ans ne sera pas réglée.

Voir aussi : Taïwan plus de morts après l'injection que par le covid lui-même (vidéo)

Sources : https://resistance-mondiale.com/taiwan-interrompt-la-deuxieme-dose-du-vaccin-pfizer-pour-les-12-17-ans-en-raison-dun-risque-de-myocardite
https://www.taiwannews.com.tw/en/news/4340862

Dans Articles

Face aux risques d’inflammations cardiaques, la HAS déconseille Moderna chez les moins de 30 ans

Par Le 10/11/2021

Face aux risques d’inflammations cardiaques, la HAS déconseille Moderna chez les moins de 30 ans

Has moderna

À l’approche de la saison hivernale, la HAS (Haute Autorité de la Santé) rappelle l’importance de la vaccination dans la lutte contre la pandémie mais réduit le spectre des injections possibles: en effet, après les autorités sanitaires d'un certain nombre d'autres pays, la HAS demande de renoncer à administrer le vaccin Moderna aux moins de trente ans.

Lire l'article : https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/11/10/face-aux-risques-dinflammations-cardiaques-la-has-deconseille-moderna-chez-les-moins-de-30-ans/

Dans Articles

Ne vaccinez pas les enfants : Message urgent du Sommet des médecins

Par Le 09/11/2021

Vaccination enfants

By Mary Beth Pfeiffer

Les principaux experts de la politique défectueuse des États-Unis en matière de COVID ont lancé un avertissement urgent lors d’un sommet samedi : Les jeunes enfants seront lésés par la précipitation malavisée de la vaccination d’une population dont le risque d’infection grave par le virus est très faible.

“Le risque réel pour les enfants en bonne santé est à peu près nul – il semble bien qu’il soit inférieur à celui de la grippe”, a déclaré le Dr Robert Malone, inventeur de la technologie ARNm sur laquelle repose le vaccin. Inoculer 28 millions d’enfants âgés de 5 à 11 ans, a déclaré le Dr Malone aux participants du sommet de Floride sur le Covid, pourrait entraîner “un millier ou plus de décès supplémentaires”.

“C’est un millier d’enfants”, a-t-il dit au public de 800 médecins, infirmières et défenseurs des droits. “C’est un millier d’enfants de trop”.

Outre les autres questions urgentes liées au COVID, le sommet a abordé trois questions centrales sur la vaccination des enfants. Les jeunes enfants doivent-ils être vaccinés contre le COVID ? Les vaccinations sont-elles sûres ? Les enfants non vaccinés constituent-ils une menace pour les adultes ? Sur chacune de ces questions, les participants ont estimé que la politique de vaccination quasi-universelle du gouvernement était gratuite et sans fondement.

“Les enfants ne tombent pas gravement malades. Les enfants ne meurent pas de cette infection”, a déclaré Paul Alexander, épidémiologiste clinique et ancien conseiller principal sur la politique en matière de pandémie au ministère américain de la santé et des services sociaux. “On nous a donné beaucoup d’informations trompeuses”.

Bien que sévèrement critiquée pour avoir gardé les écoles ouvertes, “la Suède n’a pas eu un seul décès d’enfant dû au COVID”, a déclaré le Dr Richard Urso, un ophtalmologiste texan citant des données publiées.

Lire la suite de l'article et consultez les rapports en PDF : https://resistance-mondiale.com/ne-vaccinez-pas-les-enfants-message-urgent-du-sommet-des-medecins

PÉTITION Transparence vaccins Covid-19

Par Le 06/11/2021

Logo dejavu legal

Déjà plus de 246 840 signatures depuis le 21 février 2021

Signez la pétition

Action collective : Phase 2 : 250.000 signataires

Agir, au-delà de la pétition, par l’action en Justice. Pousser les adversaires dans leurs contradictions en vue d’obtenir gain de cause contre l’opacité de l’information.

Dès 250.000 signataires de la pétition, une action collective sera proposée aux pétitionnaires qui le souhaitent, notamment si l’administration européenne n’a pas joué le jeu de la transparence.

Lors de l’ouverture de l’action, chaque pétitionnaire aura la possibilité de choisir entre :

Rester simple signataire de la pétition (gratuit) ;

Ou s’inscrire à l’action collective pour la transparence vaccinale Covid-19 (avec contribution),
et, optionnellement, agir contre le pass sanitaire voire l’obligation vaccinale (avec contribution supplémentaire) que l’Europe entend instaurer.

Intelligence collective : Phase 3 : 500.000 signataires

Dans le dossier des Tobacco Papers, les fabricants de cigarettes avaient été condamnés à communiquer 80 millions de pages de documents. Grâce au travail d’universitaires, cette montagne d’informations a été transformée en preuves au service du bien commun.

Pour ne pas être noyés par la masse de documents, nous proposerons dès 500.000 pétitionnaires pour les documents éventuellement obtenus de les partager avec la communauté scientifique internationale.

Sur le Covid-19, l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament en France) a déclaré que le dossier d’un seul vaccin représentait « l’équivalent d’un 33 tonnes et de centaines de milliers de pages ».

Initiative Citoyenne Européenne : Phase 4 : 1.000.000 de signataires

La vaccination n’est qu’une piste et il ne faut pas écarter d’autres formes de lutte contre la maladie, notamment le soin, y compris avec des médicaments génériques.

Nous proposerons de lancer une Initiative Citoyenne Européenne en vue d’imposer à la Commission européenne un double impératif :

D’une part, un accès équitable à tous les traitements éprouvés entre les pays membres de l’UE,

D’autre part, offrir la garantie qu’il n’existera pas d’obligation vaccinale avec le Covid-19.

Cet équilibre vise les objectifs européens de respect de la dignité humaine, de la liberté, de la démocratie, de l’égalité, de l’État de droit, ainsi que le respect des droits de l'homme (article 2 du Traité sur l'Union Européenne).

Source : https://dejavu.legal/fr

Dans Articles

TÉMOIGNAGES | Les effets secondaires graves du vaccin contre le Covid-19 (vidéo)

Par Le 27/10/2021

TÉMOIGNAGES | Les effets secondaires graves du vaccin contre le Covid-19 | Émission spéciale

Clémence Houdiakova et l'équipe de la «Ligne Droite» ont proposé jeudi 21 octobre une émission spéciale où des victimes d'effets secondaires graves et indésirables du vaccin contre le Covid-19 ont témoigné de leur expérience. Pour décrypter leurs témoignages, étaient en présents:
~ Alexandra Henrion-Caude, généticienne, directrice de l’institut de recherche Simplissima, ancienne directrice de recherche à l’Inserm
~ Dr Olivier Soulier, médecin généraliste, responsable des soignants du Collectif Reinfo Covid, co-fondateur et responsable presse du syndicat Liberté Santé
~ Marc Doyer, témoin

Marc Doyer collecte les témoignages des victimes d'effets secondaires indésirables. Vous pouvez le joindre au 06.20.51.15.93 ou par son groupe de soutien «Mauricette» sur Facebook: https://fr-fr.facebook.com/groups/mauricettegroupe

Dans Articles

Analyses sanguine D-Dimères d’un ami après injection

Par Le 27/10/2021

Voici les analyses sanguine D-Dimères d’un ami après injection, en l’espace de 2 mois il obtient un pic de D-Dimères qui dépasse de très loin la norme (inférieur à 500). Des analyses qui confirment bien ce que disent de nombreux médecins comme le Docteur Ochs concernant le danger des vaccins à arn messager, vaccins hautement thrombogènes. Un conseil, si vous êtes vacciné, pensez à vérifier votre taux de D-Dimères.

Première analyse

Julien analyse1

Deuxième analyse deux mois plus tard

Julien analyse2 1

En complément d'information, une vidéo du Docteur Ochs

Nouvelle vidéo du Docteur Ochs (2 novembre)
Terrible constat et corrélation entre les analyses sanguines alarmantes des patients du Docteur Ochs après injection avec les résultats des autopsies en Allemagne des morts de l’injection anti-covid. Nous y apprenons aussi que les jeunes qui ont fait des myocardites n’ont plus qu’une espérance de vie entre 5 et 10 ans.

Dans Articles

Quand les doubles vaccinés meurent plus que les non-vaccinés…

Par Le 25/10/2021

Quand les doubles vaccinés meurent plus que les non-vaccinés…

Morts vaccin

François Stecher analyse pour le Courrier des Stratèges les derniers chiffres de Public Health England sur les morts de la Covid. Et, le moins que l'on puisse dire, est qu'ils ne rassurent pas sur la prétendue protection que le vaccin apporte aux vaccinés. Démonstration par les chiffres officiels. 

Lire l'article : https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/10/25/quand-les-doubles-vaccines-meurent-plus-que-les-non-vaccines/

Dans Articles

Le contrat de vaccination Moderna/Pfizer-BioNTech

Par Le 25/10/2021

Il faut toujours lire les petits caractères lorsqu'on signe un contrat, en particulier le consentement libre et éclairé lors de l'injection.

Vaccination consentement eclaire

Dans Articles

Obligation vaccinale: une pénurie de soignants source de grande désorganisation dans les hôpitaux

Par Le 22/10/2021

Obligation vaccinale: une pénurie de soignants source de grande désorganisation dans les hôpitaux

Le varan

Le gouvernement, et en particulier Olivier Véran, le Ministre de la Santé, dissimulent la désorganisation des soins qu'ils ont eux-mêmes créés en rendant la vaccination obligatoire pour les soignants. La situation est critique dans les hôpitaux et les établissements médico-sociaux d’après la Fédération hospitalière de France (FHF). L’obligation vaccinale des soignants constitue une source de saturation supplémentaire dans un environnement déjà profondément désorganisé par le manque de personnels soignants et la surreprésentation des emplois administratifs. La gestion des activités, notamment l’attribution des soins, devient de plus en plus difficile.

Lire la suite de l'article : https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/10/22/obligation-vaccinale-une-penurie-de-soignants-source-de-grande-desorganisation-dans-les-hopitaux/

Dans Articles

Mobilisation devant le siège Pfizer à Bruxelles (vidéo)

Par Le 19/10/2021

Mobilisation devant le siège Pfizer à Bruxelles

Dans Articles

Taïwan plus de morts après l'injection que par le covid lui-même (vidéo)

Par Le 18/10/2021

Taïwan « À Taïwan, le nombre de personnes mourant après leur vaccination contre le Covid dépasse le nombre de décès dus au virus lui-même... »

Dans Articles

Vaccination contre le Covid : Moderna temporairement banni des doses de rappel

Par Le 15/10/2021

Moderna

La Haute autorité de santé estime que le vaccin Moderna ne doit plus être utilisé pour des injections de rappel, par principe de précaution en raison d’un risque peut-être plus important de myocardites et de péricardites qu’avec Pfizer. Le gouvernement suit cette recommandation.

Lire l'article : https://www.leparisien.fr/societe/sante/vaccination-contre-le-covid-la-has-deconseille-moderna-pour-les-doses-de-rappel-15-10-2021-NT6GTH2NEZADVJ7ZRQ6GWFPLLE.php

Dans Articles

La Société Française de Pédiatrie ne recommande pas la vaccination Covid-19 pour les enfants et adolescents en bonne santé

Par Le 15/10/2021

Sfpediatrie

Avis relatif à la vaccination contre la COVID-19 en pédiatrie

La vaccination contre la COVID-19 a débuté en France pour les populations les plus âgées et les personnes très vulnérables sans que la limite d’âge ne soit précisée. Les vaccins à ARNm sont au nombre de 2 : le vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNtech a une AMM pour les personnes de plus de 16 ans et le vaccin Moderna a une AMM pour les personnes de plus de 18 ans. Le vaccin AZD1222 contre la COVID-19 développé par Astra-Zeneca et l’Université d’Oxford est un vaccin à vecteur adénovirus recombinant. Il vient d’obtenir une AMM européenne chez les personnes de plus de 18 ans mais l’HAS ne le recommande pas au-delà de 65 ans.
A ce titre, la Société Française de Pédiatrie (SFP) et les sociétés savantes affiliées à la SFP (GFRUP, GPIP-InfoVac, M3C, SFEIM, SOFREMIP, SFCE, SFNP, SHIP, SNP, SP2A) ainsi que l’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire ont émis un avis sur l’indication de cette vaccination parmi la population pédiatrique.
La COVID-19 chez l’enfant est le plus souvent asymptomatique, les enfants sont peu contagieux et très peu de formes sévères ont été décrites, même pour ceux atteints de pathologies chroniques. Actuellement, il n’y a que très peu de données d’efficacité et de tolérance de ces vaccins disponibles chez l’enfant. A ce jour, cette vaccination n’apparait pas comme nécessaire chez l’enfant en population générale.
 Cependant, un très petit nombre d’enfants à très haut risque de COVID-19 sévère, pourrait être vacciné selon le même schéma que les adultes, dès que possible, malgré l’absence d’AMM :
o Patients atteints de mutations de AIRE (poly-endocrinopathie auto-immune, APECED) avec autoanticorps-interféron de type I
o Déficits immunitaires spécifiques de la voie de l’interféron de type I (insuffisance de la réponse anti-virale médiée par l’interféron de type I), prédisposition génétique aux encéphalopathies virales
La vaccination hors AMM contre la COVID-19 de ces enfants devrait faire l’objet d’un registre et d’un suivi (enregistrement, suivi des effets indésirables, données de protection...)
 Concernant les autres enfants potentiellement à haut risque de COVID-19 sévère, plus nombreux, identifiés par les sociétés savantes pédiatriques et les centres de référence de maladie rare :
o Les mesures barrières doivent être scrupuleusement respectées
o Ils pourraient être prioritaires pour la vaccination dès que des données scientifiques seront disponibles
o La vaccination de leur entourage sera à évaluer en fonction des données de réduction de la transmissibilité que pourrait conférer les vaccins
Cet avis est susceptible d’évoluer en fonction des données de la littérature.

24/03/2021 - eliselaunay

Source : https://www.sfpediatrie.com/actualites/avis-relatif-vaccination-contre-covid-19-pediatrie

Edit du 23 octobre 2021 : retournage de veste (en vidéo)

Un retournement de veste en moins de 2 semaines, d’autant plus écœurant qu’il s’habille mielleusement du faux prétexte de l’altruisme…

« L’opportuniste » de Jacques Dutronc a trouvé son maitre…

Ne laissons pas mettre à risque la vie de nos enfants par des autorités si peu dignes de confiance.
Enfance & Libertés

Dans Articles

La préfecture de Corse interdit la manifestation anti passe sanitaire prévue samedi

Par Le 08/10/2021

Comme tous les samedis depuis plus de deux mois, les opposants au passe sanitaire devaient se réunir à Bastia et Ajaccio pour faire entendre leur voix. Mais les autorités dénoncent des manquements répétés à la loi. Et interdisent la manifestation du 9 octobre. Ce qui ne va pas apaiser le climat...

Article manif interdite

"En raison des risques pesant sur l’ordre public et la santé publique, la manifestation « anti passe sanitaire » non déclarée et annoncée pour le samedi 9 octobre est interdite par arrêté préfectoral".

Le communiqué de presse est clair. Ce week-end, les opposants au passe sanitaire ne pourront pas manifester leur désaccord avec les mesures du gouvernement. 
Si c'était le cas, ils s'exposeraient à une amende de 135 euros, voire, en cas de récidive, à six mois d'emprisonnement et 3.750 euros d'amende. 

Non respect des obligations

La décision risque d'être mal vécue par les manifestants. En Corse comme ailleurs, ils n'hésitent pas à dénoncer le comportement "liberticide" du gouvernement français. Pour eux, cette interdiction risque fort d'être perçue comme une nouvelle atteinte à leurs libertés. 

Pour justifier sa décision, la préfecture de Corse rappelle que "depuis le mois de juillet, plusieurs manifestations ont été organisées", et que "les participants à ces rassemblements n’ont respecté aucune de leurs obligations en la matière malgré les rappels réitérés des autorités".

Selon les autorités, pas de déclaration préalable, pas de port du masque, pas de respect des mesures d'hygiène et de distanciation. 

Comme le rappelle le communiqué de presse lui-même, les manifestations se déroulent dans de telles conditions depuis près de trois mois. Sans qu'aucune d'entre elles n'ait été interdite.

On peut donc imaginer que l'altercation, mercredi 6 octobre, entre un journaliste et photographe de Corse-Matin et quelques opposants au passe, n'est pas étrangère à l'arrêté pris par la préfecture.

Cette dernière n'en fait pas vraiment mystère, puisqu'elle évoque ouvertement la scène : "récemment, un journaliste du journal Corse-matin a été pris à partie et agressé par des manifestants lors d’un rassemblement contestant la mise en œuvre du passe sanitaire".

Reste maintenant à savoir si cette interdiction sera respectée par un mouvement qui conteste clairement l'autorité de l'Etat. Et si c'était le cas, par quels autres biais ce mouvement parviendra-t-il à faire passer son message...

Source : france3-regions.francetvinfo.fr

Aucun doute maintenant, la provocation du photographe était bien une manigance politique !

Dans Articles

L’immunité naturelle plus efficace que le vaccin selon des chercheurs de Pfizer

Par Le 08/10/2021

Par JULIEN G. - Dans une nouvelle vidéo secrète du Project Veritas, plusieurs scientifiques de Pfizer ont admis que les anticorps offrent une protection égale ou supérieure contre COVID-19 par rapport au vaccin.

Cette vidéo d’infiltration montre au grand jour une surveillance drastique des employés de Pfizer.

Victime d’une censure accrue, à l’instar de Trump, le patron de projet Veritas a profité de cette nouvelle bombe pour adresser un message au patron de Facebook.

1.Projet Veritas frappe encore

Cette vidéo montre trois responsables de Pfizer affirmant que les anticorps acquis naturellement offrent une protection égale, voire supérieure, contre le virus par rapport aux injections d’ARN messager.

L’un de ces responsables était Nick Karl, un scientifique de Pfizer, explique que les anticorps sont probablement plus efficaces que la vaccination

Chris Croce [désigné dans la vidéo comme “Pfizer Senior Associate Scientist”-NDLR] a corroboré l’affirmation de Karl sur la supériorité de l’immunité COVID sur le vaccin et a déploré que les résultats de Pfizer l’emportent sur la santé publique.

Il explique que la firme s’enrichie avec de l’argent « COVID » avec une finalité de bénéfice et non de santé publique.

La quatrième vidéo de Veritas est devenue virale et était à la mode sur Twitter hier, dans les deux heures qui ont suivi la diffusion de la vidéo, celle-ci a été vue 600 000 fois.

Projet Veritas n’en a pas fini avec Pfizer :”Si ils pensent que nous avons fini de les dénoncer, nous leurs recommandons d’y repenser. Un dénonciateur va rendre public TRÈS PROCHAINEMENT d’autres révélations qui feront l’effet d’une bombe.”

2.Des employés sous haute surveillance

Le troisième scientifique de Pfizer, Rahul Khandke, a avoué que son entreprise exigeait de ses employés qu’ils gardent du public des informations précieuses sur l’immunité naturelle.

Il affirme que par de nombreux séminaires, les employés sont formatés à relater que le vaccin est plus sûr que de contracter réellement COVID.  

« Nous devons rester assis là pendant des heures et des heures et écouter comme des enfants sages, vous ne pouvez pas en parler en public» a déclaré Khandke.

Cette vidéo montre, au grand jour, la pression extrême qui pèse sur les employés de Pfizer et l’omerta qui règne autour de l’entreprise.

3.James O’Keefe met, aussi, en garde Mark Zuckerberg

Après des centaines de milliers de vues, Instagram a retiré la vidéo de la partie 4 du compte de Veritas et Facebook a menacé de bannir leurs comptes.

Dans une vidéo, O’Keefe adresse un message, clair et limpide, au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg : “S’il vous plaît, faites-le. S’il vous plaît, bannissez-moi.”

Il annonce qu’un membre de Pfizer va rendre public et se livrer un dossier à Project Veritas. Ce document contiendra des documents et des emails provenant du plus haut niveau de l’entreprise.

Il exhorte Zuckerberg de le censurer pour montrer au monde entier quel genre d’entreprise est Facebook.

Projet Veritas n’en n’a pas terminé avec ces vidéos d’investigations chocs, visant à exposer la corruption au plus haut niveau.

Après les Pandora Papers, certains lobbyistes et gouvernements qui s’engouffrent inexorablement dans la 3e dose, devraient commencer à trembler.

Source : Le Courrier des Stratèges

Dans Articles

Groupe de secours (réseau social de Mewe)

Par Le 04/10/2021

Mewe

Le groupe Facebook de La Corse en Colère dispose d’un groupe de secours sur Mewe !
Mewe est un réseau social gratuit ou payant si l’on veut plus de fonctionnalités et qui est sans publicités, sans censure, sans fact check news et sans flicage. Vous pouvez donc y poster les informations que vous voulez sans pénaliser le groupe, au risque de le faire disparaître avec tous ses membres ; c’est le cas de notre groupe qui est sur la sellette, qu’il soit privé ou pas n’y change rien, au bout de x avertissements on passe à la trappe...

Lien du groupe de secours : https://mewe.com/group/60f20741d391671a7db55c96

Jusqu'à 9 000 euros en un jour, le salaire exorbitant de certains médecins dans les centres de vaccination

Par Le 17/09/2021

Jusqu'à 9 000 euros en un jour, le salaire exorbitant de certains médecins dans les centres de vaccination

Payés à l'acte, les médecins libéraux venant en renfort dans les centres de vaccination dans les Bouches-du-Rhône peuvent gagner des sommes astronomiques en quelques heures.

Lire l'article : https://actu.fr/provence-alpes-cote-d-azur/marseille_13055/jusqu-a-9-000-euros-en-un-jour-le-salaire-exorbitant-de-certains-medecins-dans-les-centres-de-vaccination_41082420.html

Dans Articles

Le principal but de la vaccination n’est pas d’ordre sanitaire (Philippe Guillemant)

Par Le 26/08/2021

Le principal but de la vaccination n’est pas d’ordre sanitaire.

Guillement art1

Le principal but de la vaccination est de parvenir à une normalisation du port d’identité numérique par chaque citoyen. Il sera en effet permis que le contrôle de ses droits d’accès à différents lieux (restaurants, boutiques, gares etc.) se fasse de manière automatique, ce qui ouvrira un immense marché, celui des objets connectés, tellement savoureux qu'il est capable de transformer des informaticiens en virologues. Smile

Cela permettra également l’introduction d’une monnaie numérique déjà préparée par la suppression progressive de l’argent liquide.

Il y a deux cas à considérer :

- Port d’identité numérique non intimement liée au corps : mobile, bracelet, montre, sac à main…
- Port d’identité numérique intimement liée au corps : bague, puce sous la peau, identification génique…

Dans le second cas il sera impossible, sauf opération chirurgicale, de se débarrasser de son identité.

Dans un premier temps seul le premier cas est à considérer sérieusement. Ce n’est que lorsque l’usage d’une identité numérique sera normalisé par l’habitude (de vivre autrement) que le second cas s’imposera naturellement pour renforcer la sécurité de l’usage.

Aujourd’hui ce port d’identité numérique est déjà réalisé via nos mobiles, mais aucun usage n’en est fait, sauf marginal comme dans le cas de l’application StopCovid. Tout le monde a le droit d’entrer dans n’importe quelle boutique et de voyager sans être obligé d’avoir un portable. D’autre part le traçage des déplacements permis par un mobile est très grossier, sa précision étant comprise entre 1 et 10 mètres. On peut considérer que pour l’instant, avoir un portable est inoffensif.

Tout cela pourrait changer avec le contrôle vaccinal automatisé et la généralisation des objets connectés via la 5G et même dès la 4G. En particulier le traçage ne serait plus réalisé par GPS mais par analyse et triangulation de signaux via les objets alentours et sera à terme 100 à 1000 fois plus précis, à mesure que la technologie évoluera.

Le port non lié au corps d’identité numérique, dans un environnement peuplé d’objets connectés (maisons, voitures, routes, villes…) permettrait les recueils de données suivants par une I.A. :

- Vérification d’autorisation d’accès pour les vaccinés
- Contrôle de vitesse et stationnement (voiture connectée)
- Identification de toutes sortes d’infractions à la conduite
- Identification des personnes avec qui l’on déjeune
- Mémorisation de tous les déplacements
- Calcul de temps de travail ou temps de présence…
- Détection de déplacement inhabituel…
- Etc.

Il convient de préciser qu’aucune loi ne pourrait empêcher l’implémentation des algorithmes correspondants, mais seulement en interdire l’usage. Toutefois, il serait extrêmement difficile de détecter qu’un tel usage n’est pas effectué. Seule son exploitation pourrait être rendue visible, mais cela laisse une grande place à une exploitation inavouée, par exemple par une société d’assurance où le calcul des droits est déjà réalisé de façon informatique.

Considérons maintenant le deuxième cas, et allongeons la liste précédente :

- Maison intelligente (interactions, commandes, dialogues…)
- Analyse d’activités privées (dormir, lire, faire l’amour…)
- Surveillance de l’activité des enfants
- Analyse des interactions familiales
- Analyse de situation (repos, activité, chute…)
- Analyse de comportement (geste brusque, activité sportive…)
- Détection et mémorisation des habitudes.
- Etc.

J’en oublie certainement, sachant qu’il est difficile d’imaginer d’avance tout ce que la quatrième révolution industrielle pourrait nous inventer. Je ne parle ici que d’un transhumanisme très doux, presque acceptable, sans faire référence à quoi que ce soit d’intrusif comme une puce dans le cerveau, des nanorobots dans nos veines ou une vision artificielle et connectée. Mais il va de soi que l’acceptation de ces technologies intrusives est conditionnée à l’acceptation de l’usage d’identité numérique.

La question de savoir si nous allons effectivement rentrer dans ce nouveau monde, ou pas, va donc dépendre du niveau d’acceptation du vaccin. Il est en effet peu probable que l’on oblige chaque citoyen à porter une identité numérique lors de ses déplacements si 50% de la population n’est pas vaccinée, car on ne va pas limiter à ce point la liberté de circulation. Par contre, si seulement 5% de la population n’est pas vaccinée, il est fort probable qu’on entrera dans ce nouveau monde.

La réalité sera évidemment bien plus complexe que cette simplification binaire, qui n’a d’autre but que d’éveiller aux véritables enjeux.

Donc, je le répète, nous ne sommes pas confrontés à un problème sanitaire avec le virus. Ce problème-là est peanuts à coté du choix de société qui se trouve devant nous, qu’une politique de gouvernance mondiale semble avoir déjà fait à notre place.

C’est cela qui explique la dictature sanitaire qui de façon rationnelle n'a aucune autre raison d’être. 

Mais je le répète une fois de plus, mon avis est qu'on n'entrera pas dans ce nouveau monde.

Philippe Guillemant (spécialiste de l'I.A. et de l'identification numérique) 24 novembre 2020

Dans Articles

Cagnotte pour le Collectif Soignants Menacés 2A/2B (actions en justice)

Par Le 26/08/2021

Cagnotte collectif 1

Bienvenue sur cette cagnotte !
 

Merci à toi d'avoir cliqué

Le collectif de soignants menacés lance un appel à la solidarité.

En effet nous sommes passés du statut :

"Grâce à nos soignants...et merci à eux pour leur investissement"

"Les soignants qui refusent la vaccination entravent l'amélioration de la situation sanitaire"

Or,

Nous avons de solides raisons de maintenir notre position, pour avoir vécu dans nos Services l'incohérence depuis bientôt 2 ans. Mais voilà le gouvernement menace nos salaires et nous avons bien l'intention de nous défendre avec la justice, et pour cela nous avons besoin de votre participation .

Nous faisons appel à vous qui nous avez acclamé tous les soirs pendant que nous étions pour certains coupés de nos proches pour répondre présent aux besoins d'autres familles que les notres et dans les difficultés que vous connaissez.

En participant à cette cagnotte, vous nous aidez à financer une partie des frais juridiques que nous coûte ces actions en justice

VOUS nous avez fait confiance quand nous étions au Front

Aujourd'hui NOUS vous faisons confiance alors qu'une nouvelle bataille se présente.

Celle de maintenir nos emplois et continuer de soigner

Aidez NOUS

Aidez VOUS

MERCI

Lien de la cagnotte : https://www.leetchi.com/c/soignants-menaces

Organisatrice : Isabelle Fois

Groupe Facebook

Dans Articles

LETTRE OUVERTE AUX CORSES

Par Le 19/08/2021

LETTRE OUVERTE AUX CORSES

J’en appelle au peuple corse, à ce peuple de cœur et de sang, toujours opprimé qui est le mien depuis l’aube des jours. A ce peuple qui a su créer la Démocratie alors que le monde était encore obscur.
A ce peuple qui a su s’organiser pour résister et qui a permis entre autres, la libération de l’occident…
Que nous est il arrivé, à nous les fils et filles qui acceptons de laisser leurs parents mourir seuls en EHPAD, qui acceptons de ne pas pouvoir les accompagner au cimetière ? Qu’en es t’il de ce peuple fier qui subit encore le joug du colon ?
Qu’est il arrivé à ces médecins qui refusent de soigner leurs patients ou qui acceptent de les laisser seuls chez eux en proie à la fièvre et à la solitude ? Pourquoi  accepterions nous cela ?
Qu’est il arrivé à ces parents qui sacrifient leurs enfants en tant que cobayes à une industrie pharmaceutique avide d’expérimentation? Industrie qui dès demain les laissera à leur merci dans un cycle infernal de vaccination. Où est passé notre libre arbitre  ? Qu’en est il de notre responsabilité de parent ? Comment pouvons nous jouer avec la santé de nos enfants et petits enfants ?
Que s’est il passé depuis 2019 pour que nous sacrifions toutes les générations futures ?

Mais que sont devenus ces corses fiers à l’histoire riche et féconde ?
Qu’est il advenu de ce peuple qui n’a que le mot d’autonomie à la bouche et au bout des drapeaux mais qui ne sait pas la pratiquer ? Mais qu’est devenue cette terre riche d’eau, de soleil et de terres à cultiver ?
Pourtant, cette terre devrait donner l’exemple en matière d’autonomie énergétique, hydrique et alimentaire. Nous sommes devenus orphelins de notre terre, de notre mémoire, de notre idéologie.
Nous sommes devenus des consommateurs lambda, taillables et corvéables à merci. C’est donc pour cela que nous obéissons au doigt et à l’œil ? Pour nous endetter toujours plus ? Pour courir les magasins et les supermarchés ?
Pour profiter d’une nourriture bourrée de chimie, de pesticides, de perturbateurs endocriniens et d’antibiotiques ? D’une alimentation dénaturée poussant hors sol et sans soleil ? Nous rendons nous compte que nous vivons dans un remake du film culte « soleil vert » ? Mais que sommes nous devenus ?  Avons nous besoin de cette surconsommation et de cette mal bouffe ?
Serait ce si difficile de comprendre que nous sommes manipulés par de soit disant édiles qui veulent faire de nous des êtres asservis à leurs lobbies assassins ? Assassins des abeilles, de la bio diversité, de nos sols, de notre eau, de notre air ? Assassins de ce que nous mangeons, buvons, fumons ? Assassins de notre santé ? De nos vieux, de nos enfants, de nous mêmes ?
Assassins de nos vies, de notre futur ?

Serait ce si difficile d’imaginer que nous sommes les acteurs de notre futur et surtout du futur de nos enfants ?

Mais que sont devenus nos élus ? Élus de l’assemblée de corse, députés et sénateurs ? Qu’avez vous fait pour nous défendre de cette tyrannie ? Passifs, suiveurs béats d’une politique aveugle qui n’a rien de sanitaire mais tout de financière… En quoi avez vous été à la hauteur de vos mandats, de la confiance que le peuple a placé en vous ? En quoi et comment avez vous fait pour nous défendre contre ce monstre vorace que sont les financiers qui nous gouvernent ? Vous avez failli, vous avez brillé par votre absence ! Vous, les nouveaux seigneurs de guerre, anciennement seigneurs féodaux, laissez nous agir simplement, dans le bon sens. Avec joie et sérénité. Laissez nous notre vie, nos enfants. Ne nous offrez plus à la bête immonde que vous servez !
Il est temps que cesse cette mascarade démocratique ! Laissez nous faire ! Reprenons notre pouvoir !

Allez mes chers compatriotes. Réveillons-nous ! Éveillons-nous !
Sauvons nos enfants d’un sort malheureux, sauvons nous de la soumission aux lois du marché ! Ensemble, sortons de cette hypnose collective, embrassons la vie avec gratitude !
Allez mes chers compatriotes. Boycottons ce système délétère. Boycottons tous ceux qui exigent ce PASS de la honte. Refusons l’apartheid !
En ces temps de chaos, la résistance s’impose. La résistance est primordiale. La résistance est saine et salutaire !
Car chacun d’entre nous incarnons l’espoir d’un monde où le respect de l’humain, de ses libertés et de ses droits prône !
Allez mes chers compatriotes, entrons en résilience : parce que la résilience est la capacité illimitée à nous relever et à devenir encore plus fort.
Ces temps devraient permettre de mettre en lumière les ressources enfouies en nous même, en notre mémoire collective. Ces temps devraient permettre de faire de la corse ce phare de la résilience et de la résistance qu’elle a si souvent été.
En ce crépuscule d’un système moribond, soyons l’aube d’une nouvelle société où l’humain, l’animal, le végétal et le minéral se respecteront et seront interconnectés. Soyons les dignes héritiers de nos aïeux ! Qu’ils n’aient pas souffert en vain.
Allez  mes  chers  compatriotes.  Réveillons-nous !  Éveillons-nous !  Faisons  nous  confiance,  faisons  confiance  à  notre  immunité naturelle !

Serait ce si difficile de vivre cette période de transition comme une chance de retrouver nos vraies valeurs ? Valeurs inculquées par les pères de nos pères ?  Par des siècles de vie en accord avec le vivant, la nature et les bêtes ? Serait ce si difficile de prendre notre destin en main ? De retravailler notre terre ? Qu’elle redevienne riche et féconde de par l’agriculture et non pas morcelée et cédée au plus offrant ?
Serait ce si difficile de se réveiller, heureux et fiers de vivre en cette île bénie ?

Une citoyenne, une corse. Ajaccio le 18 août 2021

Dans Articles

Pass sanitaire : plus de 50.000 citoyens "mettent la pression" sur le Conseil constitutionnel

Par Le 04/08/2021

Conseillés par plusieurs avocats, près de 54.000 citoyens contestent la constitutionnalité de l'extension du pass sanitaire et ont publié ce lundi un mémoire pour accompagner la saisine du Conseil constitutionnel, qui doit rendre sa décision ce jeudi.

Article conseil constitutionnel
Le Conseil constitutionnel doit rendre sa décision jeudi (photo d'illustration). © Maxppp - XAVIER DE FENOYL

Quelque 53.991 citoyens publient ce lundi un mémoire pour accompagner la saisine du Conseil constitutionnel par plus de 60 députés, 120 sénateurs et par le Premier ministre lui-même à propos du projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire. Conseillés par huit avocats, ils contestent la constitutionnalité de l'extension du pass sanitaire. Le Conseil constitutionnel doit rendre sa décision jeudi.

Avec cette action collective de grande ampleur, montée en une semaine, l'avocat Arnaud Durand explique ce lundi à franceinfo vouloir "mettre une vraie pression légitime sur le Conseil constitutionnel". "Soit on obtient gain de cause, soit une véritable guerre juridique sera lancée", prévient-il. En cas d'échec devant le Conseil constitutionnel, le collectif de citoyens prépare effectivement "une saisine massive" de toutes les juridictions française, notamment les juges des libertés.  

La porte-parole du collectif d'avocat qui soutient cette initiative citoyenne, Maître Jade Dousselin, dénonce sur franceinfo l'entrave à la "liberté d'aller et venir" des citoyens ainsi que les "conséquences" du projet de loi "en matière de droit du travail".

"Il est question de suppression de salaire pour les soignants qui ne se
feraient pas vacciner avec un produit qui n'a pas d'autorisation définitive
de mise sur le marché - Arnaud Durand, avocat"

Arnaud Durand dénonce également "de gros bugs" lors du vote par les parlementaires de "1.800 amendements en 48 heures". Parallèlement à cette procédure, le collectif de citoyens a recueilli plus de 200.000 signatures sur une pétition en ligne pour la transparence des vaccins

Après avoir initié une "requête amiable en communication de documents" qui vise à obtenir les dossiers d’autorisation conditionnelle de mise sur le marché ainsi que les contrats passés avec les fabricants de vaccins, le collectif prévoit une action collective en justice dès la barre des 250.000 signataires franchie.
Source : France bleu

Téléchargez le PDF (3,4 Mo) : recours-conseil-constitutionnel.pdf