Divers documentaires

" Liberté " le documentaire à voir et diffuser de toute urgence

Je vous invite à visionner ce documentaire très intéressant et très touchant qui fait intervenir un certain nombre de personnes travaillant dans le secteur de la santé qui refuse le vaccin et dont la vie professionnelle pourrait basculer ce 15 septembre.

Si la liberté est la requête commune à toutes ces personnes, la crainte de se faire injecter un produit dont on ne sait rien et qui semble poser d’innombrables questions est aussi omniprésente.

Ce film est rythmé par l’intervention de scientifiques (comme Christian Velot) qui expliquent les dangers de cette injection qui est pour l’instant dans sa phase expérimentale.

Si vous ne deviez écouter que quelques minutes, je vous recommande le passage dès 48’37.Le projet a été initié par le Collectif BLOUSES BLANCHES. Celui-ci a contacté Magà Ettori pour réaliser un documentaire sur la situation sans précédent des soignants.
Le Collectif est très inquiet par l’annonce faite par le chef de l’Etat français du 12 juillet 2021 sur l’obligation vaccinale pour les soignants, ainsi que l’extension du pass sanitaire.
Applaudis lors de la première vague de la pandémie, décorés sur les Champs-Elysées un an plus tard, les soignants sont à présents stigmatisés par une grande partie de la population. Le gouvernement leur donne jusqu’au 15 septembre pour se résigner et se vacciner, a défaut de quoi ils seront mis à pied puis licenciés. Emmanuel Macron a monté le ton pour accélérer la vaccination, provoquant par son intransigeance un mouvement de protestation sans précédent au coeur de l’été 2021.

Source: blog de Liliane Held-Khawam que vous êtes invités à consulter pour y trouver d’autres vidéos qui alertent sur les dangers de la protéines Spike. https://eveilinfo.org

 

 

"Contre histoire du Covid-19"

"Le crime parfait"

Après “Hold Up” après “Mal Traités”, voici le documentaire qui va faire du bruit.

"Mal traités", un film qui traite bien du sujet de la Covid-19 en phase précoce.

Debriefing d’Alexandre Chavouet, réalisateur du nouveau film-documentaire « Mal traités » et du Dr Eric Menat, participant. Alexandre revient sur les raisons qui l’ont mené à faire ce documentaire, notamment les questions qu’il s’est posées sur la pandémie lors du confinement et surtout son intérêt personnel pour la santé. Afin d’apporter des réponses à ses questions, il a voulu aller à la rencontre des médecins qui ont soigné et traité leurs patients en phase précoce de la maladie.

Le Dr Eric Menat nous dit : « j’ai été très agréablement surpris de voir que sans connaitre les autres participants du documentaire, nous partagions beaucoup de choses sur les traitements et les patients ». L’engouement des auditeurs pour "Mal traités", avec plus de 500 000 vues à ce jour montre que non seulement les citoyens se posent des questions, mais que ce documentaire traite bien du sujet. Source : France Soir

"Hold Up"

Pourquoi ressortir Hold-Up alors qu’il a été déjà vu par plusieurs millions de personnes ?
 

Je ne ressors pas Hold Up. Je le sors. Le film est sorti le 11 novembre 2020 et a été censuré le 12 novembre. J’essaie juste de le sortir normalement et le mettre sur un site sécurisé afin que tout le monde puisse avoir la possibilité de le voir dans sa version définitive. Le film, qui a été vu sans doute des millions de fois sur les réseaux sociaux, était une copie de travail non définitive envoyée le 6 novembre à tous les participants du film et aux 5000 souscripteurs d’une campagne de crownfunding. Ai-je le droit de vouloir juste finaliser ce film, 3 mois après l’hystérie médiatique qui a suivi sa sortie le 11 novembre et sa censure inexplicable le 12 novembre ? Nous en avons profité pour l’actualiser avec des nouvelles infos inédites qui espérons feront bouger les lignes.

Deux des participants du film ont demandé à être retirés du film ? Les avez-vous retirés ?

Oui. J’ai toujours eu un profond respect des personnes. Ces dernières, et je peux les comprendre, n’ont sans doute pas pu supporter le lynchage dont a été victime ce film. Contrairement aux 36 autres participants du film dont 2 prix Nobel et 7 professeurs sans compter tous les médecins et personnels soignants. Dans le milieu de la télé, je suis sans doute un des rares réalisateurs et producteurs à avoir envoyé son film avant diffusion à tous les participants pour avoir leur validation. C’était le deal. Je l’ai respecté.

Qu’est ce vous cherchez en remettant ce film à l’affiche ?

Rien. Ce film a été juste un pas de côté pour tenter de pallier l’absence d’informations sur cette crise historique et planétaire. J’ai essayé d’y répondre avec un maximum d’objectivité. Les trois-quarts des informations, je les ai découvertes en réalisant ce film.

Par exemple ?

Comme par exemple l’existence d’un Great Reset du forum économique de Davos ou le militantisme effréné de Jacques Attali pour la réalisation d’un gouvernement mondial ou encore dernièrement avec les ciseaux Krispr qui entendent nous bricoler l’homme du XXIe Passionnant et intriguant.

Une suite à Hold up ?

L’actualité nous le dira. Pour l’instant, j’ai arrêté 2 films pour répondre à cette absence d’infos. Et pris 9 mois de retard ! Mais cette expérience m’a beaucoup appris notamment sur la manipulation des masses par une information biaisée et malhonnête.

On vous a accusé de manipuler les propos du Dr Alexandre en les sortant de leur contexte pour faire pleurer la sage-femme ?

Demandez à la sage-femme si, après coup, elle s’est sentie manipulée. Quant à moi, pour faire ce film, j’ai visionné quelques heures de conférences du Dr Alexandre avant de mettre ses propos. Le mépris qui s’en dégage ne vient pas de moi. Et je vous invite vraiment à visionner ses conférences, notamment celle citée dans le film. Le transhumanisme de monsieur Doctissimo est connu des hautes sphères. Pour moi, cela a été aussi une découverte. Passionnant également.

Votre point de vue de réalisateur de documentaire long métrage ?

Je souhaitais 1/ réhabiliter le virus dans ce qu’il est et non dans ce qu’il est devenu par les manipulations de l’homme. On devrait exiger un moratoire sur les laboratoires P4.
Et 2/ je voulais questionner mes spectateurs sur la dématérialisation de nos sociétés et la disparition de la monnaie liquide à travers ce film, qui arrivent à grand pas…
Interview de Pierre Barnérias, réalisateur de Hold-Up + la version augmentée et actualisée du film Hold-Up.
Propos recueillis par Hippolyte Duchatelet

"Ceci n'est pas un complot"
Un film sur le traitement médiatique de la crise du Covid par les médias belges francophones.
Avec une attention particulière à la notion de « complot ».

"L’OMS dans les griffes des lobbyistes"
Sous-financée, dépendante de donateurs privés dont Bill Gates, l’OMS peut-elle encore assurer ses missions au service de la santé publique ? Une solide investigation sur les conflits d’intérêts qui entravent son efficacité.

"France : un espoir venu du Nord"
Dès les premiers signes de la crise sanitaire, des scientifiques de l’Institut Pasteur de Lille se sont lancés dans la recherche d'un traitement contre le Covid-19. Depuis le premier jour, notre équipe suit, en immersion, leurs travaux.

Rapidement, les scientifiques ont découvert une molécule prometteuse : un ancien médicament que l'on pourrait facilement repositionner dans la lutte contre le coronavirus.  Mais voilà : un an plus tard, le médicament n'est toujours pas disponible pour les malades. Pire : l'essai clinique qui doit valider cette découverte n'a même pas commencé. Alors que les scientifiques luttent pour faire aboutir leurs recherches, découverte inédite des coulisses de la guerre contre la pandémie.

"Vaxxed, de la dissimulation à la catastrophe"
En 2013, le docteur et biologiste Brian Hooker a reçu un appel d’un scientifique du Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) qui a dirigé en 2004 une étude sur le vaccin contre la rougeole-oreillons-rubéole (ROR) et son lien avec l’autisme.

Le scientifique, le Dr William Thompson, a avoué que le CDC avait omis des données cruciales dans son rapport final qui ont révélé une relation de cause à effet entre le vaccin ROR et l’autisme. Pendant plusieurs mois, le Dr Hooker enregistre ses appels téléphoniques avec le Dr Thompson, cet homme qui lui fournit des données confidentielles détruites par ses collègues au CDC.

Le Dr Hooker appel à l’aide le Dr Andrew Wakefield, un gastroentérologue britannique accusé à tort en 1998 d’avoir lancé le mouvement anti-vaccins alors qu’il rapportait que le vaccin ROR pouvait provoquer l’autisme. Dans son effort continu pour plaider en faveur de la santé des enfants, Wakefield dirige ce documentaire en examinant les éléments de preuve camouflés par l’agence gouvernementale chargée de protéger la santé des citoyens américains.

Les entrevues avec des initiés de l’industrie pharmaceutique, des médecins, des politiciens et des parents d’enfants tombés malades suite à des vaccinations révèlent que cette dissimulation pourrait avoir contribué à l’augmentation alarmante et exponentielle de l’autisme.

Un documentaire réalisé par Andrew Wakefield et produit par Del Bigtree.

"Vaxxed II La réponse du public"
Vaxxed II: The People's Truth est un film (1h 32min) de Brian Burrowes avec Andrew Wakefield, Del Bigtree, Marcella Piper-Terry.

"Le Cycle Idiot (Vostfr)"
Quand les pontes de l'industrie pharmaceutique de lutte contre le cancer se confondent avec ceux de l'industrie pétrochimique cancérigène, The Idiot Cycle dénonce la manne financière colossale résultant de ce cercle vicieux où responsables et sauveurs ne font qu'un.

"Être connecté peut nuire gravement à la santé"

Le WiFi et les ondes des GSM sont sans danger ! À ceux qui le pensent ou ferment les yeux sur leurs effets, nous vous invitons à visionner ce reportage suisse très instructif ! 4G 5G
Normes pour la France (directives européennes) :
http://www.ineris.fr/ondes-info/content/valeurs_limites_exposition
Les organisations qui alertent sur ces dangers demandent de limiter les expositions du public à 0,6 V/m, soit 10 fois moins que ce qui est provisoirement conseillé, et 100 fois moins que la “norme” officielle…

"Ne vivons plus comme des esclaves"
Venu des catacombes grecques de l’Europe, un murmure traverse le continent dévasté : « Ne vivons plus comme des esclaves » (prononcer « Na mi zisoumé san douli » en grec). Sur les murs des villes et sur les rochers des campagnes, sur les panneaux publicitaires vides ou détournés, dans les journaux alternatifs et sur les radios rebelles, dans les lieux d’occupation et d’autogestion qui se multiplient, tel est le slogan que la résistance grecque diffuse, jour après jour, et nous invite à reprendre en chœur sur les mélodies de ce film à ses côtés. Un grand bol d’air frais, d’enthousiasme et d’utopies en marche, venu de la mer Égée. Source : http://nevivonspluscommedesesclaves.net/

"L'esclave moderne est persuadé qu'il n'existe pas d'alternative à l'organisation du monde présent. Il s'est résigné à cette vie car il pense qu'il ne peut y en avoir d'autres. Et c'est bien là que se trouve la force de la domination présente : entretenir l'illusion que ce système qui a colonisé toute la surface de la Terre est la fin de l'Histoire" - Jean-François Brient

«La Grèce n'est que le laboratoire d'une nouvelle recette du capitalisme en Europe, sur le modèle extra-continental particulièrement inégalitaire et violent. Ce qu'on appelle crise ne vise qu'une amplification de la concentration des richesses sous une apparente nécessité. Cependant, bien que dramatiques, ces circonstances offrent des opportunités, car les masques tombent et la vie d'avant n'est plus possible. Deux motivations pour agir.» - Yannis Youlountas (2014) Source : libertaire.net

Ce sera bientôt le sort de la France puisque nous en prenons exactement le même chemin (vente de nos aéroports, vente de la française des jeux etc etc..)

"Je lutte donc je suis"
« De Grèce et d’Espagne, un vent du sud souffle sur l’Europe contre la résignation. Dans les villes et les campagnes, dans les îles et les montagnes, au cœur des luttes et des alternatives en actes, des femmes, des hommes, mais aussi des enfants refusent de baisser les bras. Une même devise résume leur courage de résister, leur joie de créer et leur persévérance à toute épreuve : "JE LUTTE DONC JE SUIS" (prononcer "AGONIZOMAI ARA IPARKO" en grec et "LUCHO LUEGO EXISTO" en espagnol). Quelques mots pour vivre debout, parce que rester assis, c’est se mettre à genoux. Une brise marine, souriante et solidaire, de Barcelone à Athènes et d’Andalousie en Crète, qui repousse les nuages du pessimisme. Un voyage palpitant en musique, d’un bout à l’autre de la Méditerranée, en terres de luttes et d’utopie. » source : jeluttedoncjesuis.net

C’est un film qui commence sur le deuil de l’espoir Tsipras. Comme un mal nécessaire. Comme l’enterrement à la sauvette d’une immense attente qui avait fini par étouffer les luttes sur le terrain. C’est un film sur les véritables héros, ces gens ordinaires dont la vie est broyée par la marche de l’histoire et la cupidité de quelques-uns et qui se retrouvent devant la nécessité absolue de la lutte pour seulement continuer à survivre. C’est aussi un film qui laisse ses petits cailloux derrière lui, qui trace des chemins en forme de point d’interrogation. Pourquoi diable la Grèce tellement endettée subventionne-t-elle pratiquement à 100 % l’installation d’éoliennes industrielles dans des zones Natura 2000 en Crète ? Et pourquoi cette « croissance verte » — qui est devenue un gros mot en Crète — détruit-elle les écosystèmes, exproprie les habitants et ne profite exclusivement qu’à des multinationales étrangères ? Et que vient foutre EDF dans cette histoire ? Nous payons des factures de plus en plus exorbitantes pour financer la goinfrerie d’une boite qui a été à nous avant d’être cédée à la découpe aux actionnaires ? Source : senscritique.com